Histoire du Queyras

charte-escarton-chateau-queyras-parc

République des Escartons 1343 - 1789

La République des Escartons est constituée de 5 "Escartons"  ou ensembles de communautés : 2 sur le versant français (Briançon et le Queyras) et 3 sur le versant italien des Alpes (Oulx, Pragela et Château-Dauphin).
Le terme escarton signifie "répartition". La répartition des charges ne pouvant être assumée par une seule commune, l'escarton oeuvre donc pour un partage de ces  différentes charges au sein de la communauté.
Le régime féodal prend fin en 1343, lors de la signature de la Charte signée avec Humbert II qui garantit la " pleine liberté d'administration locale du pays par le pays ". Cette véritable constitution donne pleine autonomie à l'Escarton du Queyras, regroupant alors les 7 communautés d'Aiguilles, Abriès, Arvieux, Chateau-Ville-Vieille, Molines, Ristolas et St-Véran. Pendant  plus de 4 siècles, l'escarton du Queyras partage cette autonomie de gestion avec les communautés des 4 autres escartons.Le grand Escarton  est fractionné en 1713 avec la cession des escartons piémontais au duché de Savoie ; puis en 1789,  la Révolution Française met fin aux privilèges acquis pendant la République des Escartons.
armoire-escartons-queyras-chateau-patrimoine-histoire-8-serrures

L'armoire aux 8 serrures

Dès 1721, les réunions  se feront à Chateau-Ville-Vieille. En conséquence, une salle est aménagée pour recevoir la "Garde-robe". C'est une armoire comportant 8 serrures : chaque commune possède une clé ainsi que le secrétaire de la vallée. L'armoire ne pouvait s'ouvrir qu'en présence de chacun des représentants.Ce meuble en bois contenait toutes les archives de la vallée.
vaudois-patrimoine-histoire-queyras-parc

Les Vaudois

Après avoir été chassés de Lyon, Pierre Valdo (ou Valdès), fondateur du mouvement des "Pauvres de Lyon", et ses disciples se sont réfugiés dans les villages du Piémont, proches du Queyras. Le mouvement vaudois y fit rapidement des émules. Les effectifs dans le Queyras ne furent jamais très importants même si leur influence fut réelle. Le Bric-Bouchet   a été le lieu de nombreuses incursions vers le Queyras  facilitant ainsi la diffusion rapide de leur doctrine.
En contact avec la réforme genevoise de Jean Calvin,  les Vaudois deviennent protestants. De nombreuses conversions, parfois forcées se produisent. Les luttes entre communauté font alors rage, de nombreuses églises sont détruites. Les guerres de religion se sont succédées pendant presque 3 siècles.
L'Edit de Nantes, proclamé en  1598,  ramènera un calme relatif. Les églises seront reconstruites et des temples bâtis. Mais en 1685,  Louis XIV révoquera l'Edit de Nantes,  la tension monte à nouveau et les départs sont massifs. Pour échapper aux persécutions, les Vaudois émigreront alors vers d’autres régions de France, vers la Suisse, l’Allemagne et également l’Amérique latine.